NUMA au Digital Youth Summit à Peshawar - aspirations et innovation

Digital Youth Summit2015

« Qu’est ce que je fais dans cet avion ? Mais QU’EST CE QUE JE FAIS DANS CET AVION ? » A chaque fois c’est la même question, que ce soit en partance pour Alger, Dakar, Bethléem, Le Caire ou Beyrouth.

Cette fois, c’est Peshawar. Oui, Peshawar, cette ville que l’on connait pour sa proximité avec l’Afghanistan, pour être la grande ville la plus proche des « zones tribales », pour ses attentats meurtriers et ses intégristes.

Du 6 au 8 mai, c’est là exactement qu’a lieu le Digital Youth Summit, le plus grand événement dédié aux nouvelles technologies et à la jeunesse du Pakistan. L’année dernière, pour la 1ère édition, il y avait plus de 500 personnes. Cette année, c’est un millier de participants qui y sont attendus. Pendant 3 jours s’enchaînent les conférences et les panels sur des enjeux d’innovation. Cet événement est organisé par Basecamp premier espace de coworking de Peshawar et la Banque Mondiale (avec qui nous avons déjà eu l’occasion de collaborer) et soutenu par de grandes entreprises comme Nestlé et Microsoft.

Ce qui me frappe le plus : la joie ! La joie des gens d’être ensemble, la joie d’être là, la joie de se rencontrer de se reconnaitre. Même entouré de militaires en armes, même dans la grande ville la plus dangereuse du Pakistan, même malgré la menace diffuse, cette joie de faire communauté et de se dire que « c’est possible »; possible de changer l’image que les gens peuvent avoir d’eux, possible de monter leur startups et de réussir dans un pays frappé par le terrorisme et l’intégrisme, possible de contribuer à changer cette société. Ensuite la diversité portée par les nombreuses femmes dans le public, nettement plus que dans un événement « startups » en France. Elles sont là, attentives, concentrées, le regard plein de conviction. Enfin cette soif d’apprendre, les conférences et les panels affichent complets, les speakers sont entourés de jeunes gens pleins de questions, avides de savoir et d’expériences. L’expérience c’est cela que je veux partager avec eux, pas des modèles à suivre, pas des best practices, pas des formules magiques, juste une histoire qui incarne un modèle.

Sur le contenu de ces 3 jours, on se croirait à un petit futur en seine ! Des conférences, pannels, lightning talk qui ne déparailleraient pas dans un festival en Europe ou aux Etats-Unis : une conférence sur Le futur du travail, un pannel intitulé “de l’idée au marché” auquel j’avais le plaisir de contribuer, un autre sur le gouvernement 2.0, des pitchs de startups devant un parterre d’investisseurs et même une table ronde sur la Fashion Tech sujet que nous avons abordé récemment au NUMA. En parallèle des workshops sur le mouvement maker, l’architecture de l’information et la monétisation des blogs. Bref un vrai festival riche, dynamique et en phase avec ce qui peut se faire en Occident.

Au delà des conférences, ce qui me marque le plus ce sont les projets que j’y découvre ! Des startups en devenir avec de vrais services et un potentiel de scalabilité remarquable. Je pense notamment à Robohealth vainqueur du concours de pitchs, une startup visant à numériser les hopitaux et cliniques du Pakistan. Il y a aussi Smile un réseau social pour mobile disponible offline permettant de continuer d’être notifié et de commenter via SMS. Enfin Emperor’s Bazaar un site de e-commerce dédié à la promotion et à la vente de produits créés par des artisans Pakistanais. Ceux-ci ne sont qu’une infime partie de ceux que j’ai pu rencontrer… Le terreau au Pakistan est tellement riche que le lancement d’un fond d’investissement dédié a été annoncé lors du Summit !

Mais ma plus belle rencontre est peut être celle de Hasseb Awan, jeune serial entrepreneur Pakistanais, co-fondateur notamment de Bitaccess startup accélérée à Ycombinator en 2014 qui vise à devenir la première banque décentralisée. Un vrai entrepreneur avec de multiples exits, une vrai vision et un sens des affaires aiguisé.

Je me dis que si avec les infrastructures actuelles de si beaux projets se développent, qu’en serait il avec un NUMA sur place, nous pourrions identifier ces entrepreneurs à haut potentiels, accompagner, développer, accélérer ces brillantes startups, qu’avec un réseau international de lieux nous pourrions faciliter leur passage à l’échelle et la conquête de nouveaux marchés. Enfin nous pourrions montrer qu’il est possible d’innover dans des pays émergents, que les projets qui y sont développés peuvent être tout aussi bon que ceux accélérés en Europe mais en plus que certaines des startups qui y sont développées peuvent adresser avec pertinence un marché que la plus part de nos startups délaissent, celui des pays émergents. Bref un potentiel d’innovation et de business remarquable !

Alors oui, pour finir, pourquoi est-ce que j’y vais à chaque fois ?

Bref, c’est avec cette ambition que nous avons décidé de nous développer à l’international et de lancer l’opération yeswecrowd.co ! Nous croyons fermement que c’est dans ces écosystèmes émergents que nous trouverons les startups de demain, que c’est en travaillant avec et dans ce type de pays que nous ouvrirons de nouveaux marchés, que c’est au Maroc, en Afrique du Sud, en Inde, en Amerique du Sud que nous trouverons les relais de croissance.

En somme le futur est là bas et il n’y a pas de temps à perdre !

Nathanael Sorin Richez - Engage Director

YESWECROWD !